FX Maquillage 2018-10-19T10:03:37+00:00
FX Maquillage
FORMATION PROFESSIONNELLE

Travelling est la seule école, à ce jour, destinée aux métiers du 7è art à intégrer une session maquillage.
Tout au long de l’année scolaire, les élèves maquilleurs et maquilleurs vont être en étroite collaboration et en lien direct avec les futurs techniciens de l’image, de la réalisation ainsi que de la production. Et dans le seul but est de côtoyer les plateaux et la réalité du terrain dans la construction d’un fi lm. Aujourd’hui la haute définition remplace la pellicule, aussi, la transparence visuelle du maquillage est de plus en plus cruciale. Le maquillage doit aboutir à une scénographie invisible qui pourtant est modelée par une recherche dont elle garde les traces. Ce n’est qu’après lecture d’un scénario et lors de la réalisation qu’une réflexion se fait sur le maquillage. De ce fait, elle ne peut être aboutie et crédible que par la connaissance des multiples possibilités que le maquilleur amène.

Aussi lorsque l’on évoque le cinéma, il est impossible de ne pas citer les comédiens. Ce sont eux le plus souvent qui imposent le chef maquilleur d’un film à la production. Afin d’offrir ce savoir-faire à nos futurs maquilleurs, Travelling fait appel à des maquilleurs professionnels ayant une maîtrise de l’enseignement ainsi qu’à des intervenants de renom tels que des chefs maquilleurs de longs-métrages, prothésistes et chefs perruquiers posticheurs.

Cette session aux techniques du maquillage impose un langage universel de par sa technicité. Elle permettra aux futurs maquilleurs d’intégrer tous les autres univers du maquillage, qu’ils soient de l’audiovisuel, du spectacle vivant, ou de la mode.

Cours fondamentaux et ateliers pratiques :

  • La préparation d’un film à la lecture du scénario
  • Le chef maquilleur face à la réalisation et la production
  • La prise de contact avec le directeur de la photographie
  • La documentation
  • Le casting
  • Les produits de l’industrie cinématographique
  • La technique de maquillage dans la pure transparence des Caméras HD
  • Le maquillage et la lumière
  • Les maquillages au travers de la vie et des sociétés
  • L’homme et son personnage
  • La technique de rasage et taille des poils naturels (former une moustache d’une époque précise)
  • Les prothèses faciales capillaires
  • La pose et entretien d’un postiche
  • La technique de ferrage
  • Les blessures et patines
  • La technique du silicone à modeler à même la peau
  • Les blessures de guerre brûlures par explosion
  • Le choix d’une prothèse / silicone à modeler
  • Le maquillage et le rapport au temps
  • Les grandes époques du XVIème siècle à aujourd’hui
  • Les deux grandes guerres mondiales

A propos de
Stéphanie Orillard
Chef Maquilleuse depuis plus de trente ans, Stéphanie Orillard a acquis sa renommée au travers de toutes les disciplines du maquillage. Elle exerce son métier sur les plus grands plateaux de cinéma aux côtés de réalisateurs tels que Francis Veber, Claude Chabrol, Philippe de Broca, Roland Joffé… sur les tournages d’Astérix et Obélix ou encore Vatel. Elle côtoie des acteurs de renom comme Gérard Depardieu, Tim Spall, Uma Thurman, Tim Roth et bien d’autres. Elle collabore avec de grands chefs opérateurs dont Rudy Harbon avec lequel elle partira tourner, pendant plusieurs semaines , La vie pure, film de Jérémy Banster en forêt Amazonienne.

Grâce à sa maîtrise des effets spéciaux, elle réalisera seule, dans des conditions climatiques extrêmes, l’exploit de traiter l’agonie corporelle d’un homme perdu et blessé dans l’enfer vert. Stéphanie Orillard est la consultante de la formation et intervient tout au long de l’année dans divers modules, assistée de son équipe dont la chef maquilleuse Monique Buchard.

Un maquillage ne se livre pas forcément à la facilité d’un premier regard ; il attend d’être investi d’impressions et de sens. Aussi, est-il profondément lié au temps: temps de la fable, de la représentation et du jeu. Le maquilleur est à la fois l’architecte qui dessine et l’artisan qui construit une enveloppe corporelle scénique. Il se doit d’extraire du visage, les lignes propres à déterminer la différence essentielle, qui l’isole et l’intègre dans l’univers scénique qu’est celui du texte et du geste. Utiliser le « vide », choisir les signes, donner à voir ce qui est caché, voiler l’évidence apparente, bannir définitivement l’affirmation, garder un regard à la fois critique et sensible, permettre à la réflexion et à l’émotion d’exister, montrer les mécanismes des sociétés ainsi que leur imaginaire, avec une volonté de rester lucide. Telle pourrait être la lecture des signes dans l’espace théâtral et cinématographique. Tout cela est compatible avec la liberté du trait et de la couleur, du volume et de la matière… de la lumière.
Stéphanie ORILLARD
Formation professionnelle
Durée de la formation :
1 an
Public : tout niveau
X